jueves, 21 de junio de 2007

Julio Bocca habla de mí

Por primera vez, Julio Bocca ha hablado públicamente de mi libro. Fue en una entrevista al diario Ciudadano de Mendoza publicada el 18 de junio, con ocasión de su próxima presentación en el Auditorio Bustelo:
"-¿Sentís, cómo asegura Angeline Montoya en la biografía que realizó sobre tu persona, que vos a lo largo de los años lograste que el ballet se hiciera popular? ¿Creés que es así?
-Y es verdad, sí. Yo creo que hemos conseguido en todos estos años que la danza trascendiera sus ámbitos habituales para llegar a muchísima más cantidad de gente. Esa era mi idea desde el comienzo y me alegra haberlo conseguido. La conozco muy bien a Angeline. Imaginate que hace más de diez años que me sigue por todas partes y no solo a mí, sino a toda la gente que ha entrevistado. Le ha dedicado gran parte de su vida a escribir esa biografía."

Pour la première fois, Julio Bocca a parlé publiquement de mon livre, dans une interview accordée au journal Ciudadano de Mendoza et publiée dans l'édition du 18 juin, à l'occasion de la prochaine présentation du danseur dans cette ville:
"-As-tu l'impression, comme l'assure Angeline Montoya dans la biographie qu'elle t'a consacrée, que tout au long de ces années tu as fait de la danse quelque chose de populaire ? Tu crois que c'est la réalité ?
- Oui, c'est vrai. Je crois que toutes ces années nous avons réussi à faire que la danse transcende son milieu traditionnel et touche une quantité beaucoup plus importante de personnes. C'était mon but depuis le début, et je suis heureux d'y être parvenu. Je connais très bien Angeline. Imagine, cela fait plus de dix ans qu'elle me suit partout, et pas seulement moi, mais aussi tous ceux qu'elle a interviewés. Elle a consacré une grande partie de sa vie à écrire cette biographie".

También hay otra nota sobre Julio Bocca en el mismo diario, del 4 de junio, que habla del libro.
Il y a également un autre article sur Julio Bocca dans le même journal daté du 4 juin, et qui parle du livre.

2 comentarios:

Mamma ha sempre ragione dijo...

Et la pierre se lézarde
Et le marbre tiédit
Et la statue enhardie
Du haut de son piédestal
Baisse son regard...

Marine dijo...

Enorme !!!!